Stop aux stéréotypes

Depuis trois ans, le collège Michel Bégon travaille autour des thématiques du genre, des discriminations et des stéréotypes. En 2018, le collège Michel Bégon était récompensé par l’académie d’Orléans-Tours pour son travail de lutte contre les stéréotypes par le prix « liberté, égalité, mixité ». Au vu du succès de débats menés et des changements de comportements visibles au sein de l’établissement, ils ont souhaité cette année aller encore plus loin en traitant ces thématiques avec une approche globale multi-niveaux et multi-matières. L’équipe pédagogique du collège, le Chato’do et la halle aux Grains ont travaillé ensemble pour mener ce projet ambitieux malgré la situation sanitaire. C’est un projet conséquent qui a lieu, il touche 144 collégiens de la sixième à la quatrième, 25 élèves de l’école Tourville dans le cadre de la liaison CM2/sixième. Au total 122 heures d’intervention sont prévues en classe autour de neuf artistes : la rappeuse Pumpkin, le beat-maker Vins’ da Cuero, le metteur en scène Lélio Plotton, la danseuse et chorégraphe Christine Desfeuillet, le danseur Massamba Sauveur et les musiciens Ronan Maze, Philippe Perrin, Salim Bekraoui et Steven Dadiet.

Dans ce cadre, sous la responsabilité de Sophie Ferrant professeure de français, référente égalité et mixité, la classe de 4ème C a pu rencontrer la rappeuse féministe nantaise Pumpkin. Les élèves ont commencé par étudier ses textes et clips avant de la rencontrer pour discuter de son parcours et des sujet qu’elle défend et notamment les problématiques de genre. Avec beaucoup de pédagogie, d’attention et d’écoute, la rappeuse Pumpkin a su créer une relation de confiance avec les collégiens, qui les a permis de réaliser plusieurs ateliers d’écriture, un travail d’oralisation jusqu’à l’enregistrement en studio. Un travail de mise en confiance, de dépassement de soi et de rélfexion autour de thématiques nouvelles, un vent de fraîcheur apporté à ce grand projet autour des stéréotypes.

Les conditions sanitaires interdisant la restitution publique qui était prévue, le projet a pu aboutir à une finalité avec la vidéo que vous pouvez visionner ici :

Dans le cadre de cette résidence-mission, l’artiste Christine Desfeuillet – photographe, danseuse et chorégraphe – est intervenue avec une classe de 6ème pour un travail chorégraphique autour d’une œuvre littéraire.Pour s’adapter aux conrtaintes de la pandémie de Covid19, le travail a été axé autour du clip « Le p’tit bal perdu » de Brouville, chorégraphié par Philippon Decoufflé. Chacun des groupes a créé sa propre gestuelle pour illustrer « Les aveugles et l’éléphant », fable d’origine indienne qui raconte l’histoire de six aveugles qui durent décrire un éléphant en le touchant en différentes parties de son corps, et en en déduisant donc des représentations différentes. Lorsqu’ils confrontèrent ensuite leurs idées, ils rentrèrent en désaccord. Ce que les élèves essayent de transmettre à travers ce texte est que nous avons tous des représentations du monde en fonction de nos propres expériences personnelles : c’est à partir de ces expériences que se construisent les stéréotypes. Mais il est nécessaire de s’informer, de confronter ses points de vue personnels à ceux d’autrui, afin de se faire une idée « un peu plus vraie » du monde.

Sur l’année scolaire 2019-2020, le collège a souhaité travailler autour de l’égalité filles-garçons. Dans ce cadre, une classe de 4ème a travaillé sur le projet « Et les femmes alors ?! ». En étudiant la bande-dessinée Culottées, de Pénélope Bagieu, ils ont pu découvrir une galerie de portraits de femmes qui ont marqué pour leur engagement, leurs découvertes, leur œuvre… Depuis ces portraits, les élèves ont pu en cours produire une succession de portraits slamés, encadrés par le rappeur orléanais Trublion. Avec lui, ils ont pu travailler l’écriture, l’oralisation et le passage en studio.

Ce projet n’aurait pas pu voir le jour sans le soutien financier de la Drac Centre-Val de Loir et du Conseil Départemental de Loir-et-Cher.