Trois(ième âge)

Après notre première intervention à l’EHPAD de Bracieux (que vous pouvez retrouver ici), nous avons continué à réfléchir à des interventions pour les personnes âgées dépendantes.En travaillant avec le musicien Vincent Dupré (alias Trois), on en vient rapidement à vouloir tester une intervention autour des musiques électroniques. Avec l’équipe de l’EHPAD, la réflexion commence pour amener les résidents à découvrir les musiques électroniques, à participer à un projet commun qui pourrait les emmener jusqu’à un live sur scène devant un public. La Communauté de Communes du Grand Chambord ayant entendu parler de notre idée nous met alors en relation avec le Pôle Ados de Mont-Près Chambord qui souhaite lui aussi travailler autour des musiques électroniques avec ses jeunes. Nous vient alors l’idée d’un projet intergénérationnel, Trois(ième âge) est né.

Lors d’une première séance à l’Ehpad, Trois est venu se présenter, jouer quelques-uns de morceaux avant de rencontrer les participants et de faire essayer ses machines aux ados et aux résidents. S’en suivent 5 journées de travail où ados et résidents ont pu créer leurs morceaux en s’essayant aux machines et en tâtonnant. Les ados et les résidents ont des capacités motrices et cognitives très différentes en plus d’une connaissance des musiques électroniques radicalement opposée. On décide donc de proposer des ateliers de pratique qui se feront dans chacune des structures avec les ados et les résidents sur des temps différents pour pouvoir rester au plus près de leurs capacités et que chacun avance à son rythme. Si la prise en main des synthétiseurs modulaires va par exemple très vite avec les ados qui comprennent rapidement les différents paramètres et potentiomètres, elle est beaucoup plus lente chez les résidents et cela s’accompagne chez eux d’une vue qui décline et d’une motricité plus faible au niveau des mains. Vincent va alors créer des synthés adaptés avec des touches plus importantes pour qu’ils puissent continuer à jours et créer.On se rend aussi compte que le principal frein chez les personnes âgées n’est pas forcément la méconnaissance des instruments et du style mais davantage une perte de confiance en eux et en leurs capacités.

En fonction des capacités de chaque groupe, on continue pour autant de travailler dans l’optique de proposer des morceaux partagés  lors d’un set commun. Après quatre semaines de travail, les ados et les résidents se rejoignent pour deux ateliers tous ensemble, durant lesquels ils pourront répéter les morceaux qu’ils ont créés, travailler les uns avec les autres pour faire partager la scène.  Et pour terminer ce projet en beauté,le participants sont d’accord pour se produire sur scène, une restitution est organisée à Bracieux devant une centaine de personnes de l’Ehpad, des familles et de la ville.

Découvrez par ici comment on peut encore faire de la musique électronique à 104 ans :

 

Ce projet aura été d’autant plus émouvant que nous avons appris un mois après la fin du projet le décès de Jean-Baptiste Allemand, animateur de l’Ehpad et musicien, avec qui nous avons travaillé sur ce projet, nos pensées vont à sa famille.

Ce projet n’aurait pas pu voir le jour sans l’appui de la mairie de Bracieux et la Communauté de Communes du Grand Chambord.